The nightmare bus or bust?!? /E/F/

[go_fr]

[uk_flag] In South East Asia buses are abundant and most of the time the only means of travel. Trains are sparse and slow and most of the routes are not connected so it’s a no brainer to take a bus especially when it’s cheaper as well. But with poor road conditions, a lack of driving skills and a total disregard for safety you will find yourself sometimes in a real bad spot.

With that in mind we decided to go from Hanoi to Vientiane a eight-hundred-kilometer-journey through mountains and jungle. But before you leave for your bus you might want to get some information, maybe from the Internet?

The Internet is full of good information but also full of shitty opinions. So when I started to search a company which does that trip “GOOGLE” came only up with reviews and blog post about: “THE NIGHTMARE BUS” so I started reading about horrible crashes, buses which left the road for unknown reasons to just fall 50 meters, or buses so full of people and animals that you start thinking about a flight. So what do you do? You start talking to other people about their experiences and all of them came up with: “Ah, yeah those busses are completely mad, don’t do it. – But have you tried? – No no just read that in the Internet and took a flight.” After that I was where I started my search.

A flight wasn’t an option but I was worried about the situation so I went again to the Internet to find statistics about buses in Asia. It doesn’t take you long to discover the horrible truth. Every year countless buses have fatal accidents from crashing with another vehicle to just falling from the road. Every year there are 14 000 people dying because of accidents on the streets and that’s only in Vietnam!

After that I was more worried. But we decided to take the bus anyway. We searched for a reliable company, which is difficult in Vietnam. You can buy everywhere bus tickets from 5 to 50 dollars but it doesn’t guarantee you a good bus. When you arrive at the station you will see first time the rolling coffin in which you will travel the next 30 hours. So we went with a company for 20 euros and didn’t know what to expect.

dsc_1274.jpg

The bus would leave at 18:30 from the southern bus station in Hanoi to Vientiane where it should arrive around 17:00 o’clock next day. The company sent us a bus which picked us up in our hotel as well with some others, which is appreciated. So we were running a little late and arrived at the bus station around 18:30. I was nervous to see my rolling coffin.

dsc_1286.jpg

It was a double layer bus which looked a little bit used from the outside. The driver and his little helper didn’t speak a word English but were nice and friendly. The luggage was stored downstairs along with some chickens. Then they told me to take off my shoes. Which shocked me at first. I know that you take off your shoes at houses and temples but in a bus? But their bus is the castle and who am I to argue with the house lord’s rules. I took off my shoes and was handed a plastic bag. The guy was pointing at the shoes in my hand, so I realized to put them inside. Simple but genial solution for smelly shoes.

Inside the bus cool air greeted me as I entered and LED’s in 4 colors were blinking all over the place. There were 24 seats, two by two. The seats could be turned in an almost horizontal condition which was nice.

With us traveled an Italian couple from Bali, one Indian guy who did a visa run so he could stay working in Vietnam and three girls from Canada. The bus wasn’t full at all. We did get comfortable in our seats and waited the things to come.

As the bus tried to roll off from the bus station a whining scream was going thru my spine. “My purse I lost it” screamed one of the Canadian girls. OK full stop. Some people translated the problem in Vietnamese. One hour later and with a lot of help from everybody she didn’t find it and went with us anyway. As we left the bustling Hanoi behind us we picked crates and people up on the way. For hours later the bus was almost full. Most of the driving was responsible and I felt save, more or less. The next hours I went between a nap to the next and Arabian Nights. Around 22:00 hours I woke because the sound of the engine died and we came to a full stop. It was a hellhole restaurant in the middle of nothing but good enough to have smoke or two and a little bit socializing with other travelers. After all you are in the nightmare bus together. So it feels good to talk to people before you are going to die. Half an hour later we left that place behind and in the bus the steady sound of the engine and the “tschip tschip” from the chickens brought me some dreams. I awoke in the night to tell the tale of a serpentine mountain road which sent me shivers down my spine. But the driver drove carefully and slow without overtaking. We arrived at 2 o’clock in the morning at the Cau Treo border. The border opens at seven so there were some dreams to have. I awoke around 05:45 in the morning and we went for coffee, we didn’t have enough Dong left but the Italians helped us out.

dsc_1232.jpg

As we sat outside and enjoyed our coffee my eyes examined the place: it is a small conglomerate of some huts and a flagpole. In the east I saw a not yet finished Vietnamese border station. People were running around and some police or military officers enjoyed their Pho, a soup filled with noodles and meat which is a breakfast in Vietnam. So all eyes were on them, when they finish, the run for the exit stamp would begin. As they stood up the crowds moved to the small booth where four Vietnamese officers began slowly their work. We had to cross the border by foot, we were told the bus would pick us up behind the Laotian border. We wanted to take our backpacks but they told us we could leave them in the bus.

That gave me to think not only that people could put stuff in ours bags but as well is there no checkpoint for luggage? In this part of the world where the most drugs are produced and they don’t check the bus or your luggage, I felt perplexed. But what will you do? So we carried on. Our only weapon was our passport as we marched together to the exit booth. It must have been a funny sight for the Vietnamese people. In front two Italians accompanied by a German and a Belgian. Next to them an Indian guy and in behind three girls from Canada.

As we arrived it was already full and we had to push to get to the counter. But as I gave my passport inside the booth the officer didn’t mind me and carried on with stamping. At some point I pulled the passport directly into his sight. He took a look at it and shook his head. A clear sound left his mouth: “Money”. A bribe or as the Chinese put it “tea money”. I thought to myself: “I’d loved to drink a tea with him but he and I had no time. He had to work and for me there was a bus waiting.”

dsc_1285.jpg

So I told the rest they want money. Nobody was happy about it and the discussion began. I knew I didn’t have to pay but he would let me wait and with me the whole bus so we paid one dollar each and went on. But, no stop, not all of us, my Belgian mate Cath didn’t pay but got her stamp anyway. So we walked on through the nowhere-land between Vietnam and Laos till we reached the Laotian border post.

In the distance we saw a small border post just ahead of a bridge. Playful roof tiles and golden snakes gave the building a exotic vibe.
Inside it was small, nice, beautiful style… and mosquito infested. We had already a visa for Lao so we thought we march trough, was I wrong. Fill out that form, give passport there, pay stamp fee again. As I looked through the window I saw our bus coming trough and the driver handing 10 times tea money to the guard. No questions asked.

The rest of our group didn’t had a visa and made one at the border which is faster and cheaper than doing it beforehand. So everyone is in the bus waiting for us. Unbelievable, why did I do it before… doesn’t make sense, but as ever we carried on. As we left the building another guy shows up and checks again the passports, with a smile he declared: “Welcome to Lao.”

We rushed to the bus and the Italians asked what took you so long, we told him while we smoked a cigarette and had a good laugh about the situation. The motor started suddenly, we hoped in and the ride went on. I fell back in some kind of sleep, I think it has a lot to do with the chirping of those chickens.

dsc_1284.jpg

With a scream I woke up just to hear Italian using expletive. I took a look, just to see that the bus is infested with ants. Which slowly but steady worked on the food of the Italians. I thought better than bed bugs, lice or cockroaches. As I took a glimpse out of the window. The bus grinds to a stop and we went for lunch in a small village somewhere far beyond. The Laotians hit the tables fast but the western world is at his breaking point. Almost 20 hours in the bus and it drags on so we took a cigarette and planned our arrival in Vientiane. The Italians, the Indian guy and we together to get a cheap Tuk Tuk into the city. What can go possible wrong with such a multi ethnic team! After 30 minutes the bus begins rolling again. Some Arabian tales later we arrived in Vientiane the pearl of the jungle at stunning 15 o’clock. Everybody was happy that we made it that far. The Canadian girls took a Tuk-Tuk for 3 dollars per person. We repacked a little bit our stuff and find a guy for 2 dollars per person. So we went with him to his Tuk Tuk in which you sit in the back like on a truck. Another guy is waiting there, he is from Britain. The driver told us we should wait, it’s too hot he get himself a drink beforehand. We waited they guy sits 10 meters away in a bar and drank a cold softdrink. We slaved away under the sun in the Tuk Tuk. As we decided we move out for another Tuk Tuk he comes back and starts driving. But not for long he got us to a other Tuk Tuk with 4 Vietnamese guys wit cleaning equipment. All what you can think of a industrial vacuum cleaner, chemicals in big tubes and boxes. After all a 20 minutes ride took 90 minutes because we got the  cleaning guys first to their destination and off loaded together everything. With that done we arrived our Hostel and went for a beer.

In retrospective I say the nightmare bus is a bust, at least for us.

[fr_flag] Le bus cauchemardesque ou un fiasco ?!

En Asie du Sud-Est les bus sont abondants et la plupart du temps ils sont le seul moyen pour voyager. Les trains sont rares et lents, et la plupart des routes ne sont pas connectées de sorte que c’est évident de prendre un bus surtout quand c’est moins cher. Mais avec de mauvaises conditions routières, un manque de compétences pour conduire et un désintérêt total pour la sécurité, vous vous retrouverez parfois dans un très mauvais endroit.

Dans cet esprit, nous avons décidé d’aller de Hanoi à Vientiane, un trajet de huit cents kilomètres à travers les montagnes et la jungle. Mais avant de partir avec votre bus, vous voulez peut-être obtenir des informations, peut-être à partir d’Internet ?

Internet est plein de bonnes informations mais aussi plein d’opinions merdiques. Alors, quand j’ai commencé à chercher une entreprise qui fait ce voyage “GOOGLE” est venu seulement avec des critiques et des blogs sur le thème : “LE BUS CAUCHEMARDESQUE”; donc je me suis mis à lire des articles sur les accidents horribles, les autobus qui ont quitté la route pour des raisons inconnues et sont simplement tombés 50 mètres plus bas, ou des bus tellement pleins de gens et d’ animaux que vous commencez à penser à un vol par avion. Donc que faites-vous ? Vous commencez à parler avec d’autres personnes au sujet de leurs expériences, et chacun d’entre eux est venu avec : “Ah, oui ces bus sont complètement fous, ne les prenez pas. – Mais avez-vous essayé ? – Non, non, nous l’avons seulement lu sur Internet et on a pris un vol “. Après ça,  j’en étais où j’avais commencé ma recherche.

Un vol n’était pas une option mais j’étais préoccupé par la situation alors je suis allé à nouveau sur Internet pour trouver des statistiques sur les bus en Asie. Ça ne prend pas longtemps pour découvrir l’horrible vérité. Chaque année de nombreux bus ont des accidents mortels en percutant un autre véhicule, ou en dégringolant de la route. Chaque année, il y a 14 000 personnes qui meurent à cause d’accidents dans les rues et ceci seulement au Vietnam !

Après ça, je suis devenu plus inquiet. Mais nous avons décidé de prendre le bus de toute façon. Nous avons cherché une entreprise fiable, ce qui est difficile au Vietnam. Vous pouvez acheter partout des billets d’autobus de 5 à 50 dollars, mais ça ne vous garantit pas un bon bus. Lorsque vous arrivez à la gare, vous voyez pour la première fois le cercueil roulant dans lequel vous aller voyager les prochaines 30 heures. Donc, nous sommes partis avec une entreprise pour 20 euros et nous ne savions pas à quoi nous attendre.

dsc_1274.jpg

Le bus quitterait à 18:30 la station de bus sud de Hanoi direction Vientiane où il devrait arriver vers 17:00 le lendemain. La société nous a envoyé un bus qui est venu nous chercher à notre hôtel, ainsi que quelques autres, ce qui est apprécié. Nous étions donc un peu en retard et sommes arrivés à la station de bus autour de 18:30. J’étais nerveux en voyant mon cercueil roulant.

dsc_1286.jpg

C’était un bus à double niveau qui avait l’air un peu usé de l’extérieur. Le conducteur et son jeune assistant ne parlait pas un mot d’anglais, mais étaient gentils et chaleureux. Les bagages ont été entreposés en bas avec quelques poulets. Ensuite, on m’a dit d’enlever mes chaussures. Ce qui m’a choqué au premier abord. Je sais que vous enlevez vos chaussures pour entrer dans des maisons et des temples, mais dans un bus ? Mais leur bus est le château et qui suis-je pour discuter des règles de la maison du seigneur. J’ai enlevé mes chaussures et on m’a remis un sac en plastique. Le gars a pointé son doigt vers mes chaussures dans ma main, j’ai donc réalisé que c’était pour les mettre à l’intérieur. Une solution simple mais géniale pour les chaussures malodorantes.

A l’intérieur du bus, un air frais m’a accueilli lorsque je suis entré et des LED en 4 couleurs clignotaient partout. Il y avait 24 sièges, deux par deux. Les sièges peuvent être couchés presque horizontalement, ce qui était agréable.

Avec nous voyageaient un couple italien en provenance de Bali, un gars indien qui faisait “une pause visa” afin de pouvoir continuer à travailler au Vietnam, et trois filles du Canada. Le bus n’était pas plein du tout. Nous étions à l’aise dans nos sièges, et nous avons attendu les choses à venir.

Alors que le bus essayait de sortir de la station de bus, un cri gémissant traversa jusqu’à ma colonne vertébrale. “Mon porte-feuille, je l’ai perdu” a crié une des filles canadiennes. OK, arrêt complet. Certaines personnes ont traduit le problème en vietnamien. Une heure plus tard et avec beaucoup d’aide de tout le monde, elle ne l’a pas retrouvé et est allée avec nous de toute façon. En laissant Hanoi animé derrière nous, nous avons chargé des cageots et des gens sur le chemin. Des heures plus tard, le bus était presque plein. La plupart de la conduite était responsable et je me suis senti sauvé, plus ou moins. Les heures suivantes, j’ai fait quelques siestes entre deux contes des 1001 Nuits. Autour de 22:00, je me suis réveillé à cause du bruit du moteur mort, et nous sommes arrivés à un arrêt complet. Il y avait un restaurant du trou de l’enfer au milieu de rien, mais assez bon pour aller fumer un coup ou deux, et pour se socialiser un peu avec d’autres voyageurs. Après tout, vous êtes ensemble dans le bus cauchemardesque. Donc il est bon de parler aux gens avant d’aller mourir. Une demi-heure plus tard, nous avons quitté cet endroit, et dans le bus, le son régulier du moteur et des “tchip de tchip” des poulets m’a apporté quelques rêves. Je me suis réveillé dans la nuit pour raconter l’histoire d’une route de montagne sinueuse qui m’a envoyé des frissons dans le dos. Mais le conducteur a conduit avec soin et lentement sans dépasser. Nous sommes arrivés à 2 heures du matin à la frontière Cau Treo. La frontière ouvre à sept heures donc il y avait d’autres rêves à avoir. Je me suis réveillé autour de 5:45 du matin et nous sommes allés prendre le café; on n’a pas eu assez de Dong mais les Italiens nous ont aidés.

dsc_1232.jpg

Comme nous nous sommes assis dehors pour apprécier notre café, mes yeux ont examiné le lieu : c’est un petit conglomérat de quelques huttes et un drapeau en haut d’unmât. À l’Est, j’ai vu une station de frontière vietnamienne pas encore finie. Les gens marchaient un peu partout et quelques policiers ou militaires appréciaient leur Pho, une soupe pleines de nouilles et de viande qui est un petit-déjeuner au Vietnam. Tous les yeux étaient donc sur eux : quand ils auront fini, la course pour le tampon de sortie commencerait. Lorsqu’ils se sont levés, les foules se sont déplacées vers le petit stand où quatre officiers vietnamiens ont lentement commencé leur travail. Nous avons dû traverser la frontière à pied; on nous a dit que l’autobus irait nous chercher derrière la frontière laotienne. Nous voulions prendre nos sacs à dos, mais ils nous ont dit que nous pouvions les laisser dans le bus.

Cela m’a fait penser non seulement que des gens pouvaient mettre des choses dans des sacs, mais aussi qu’il n’y avait pas de point de contrôle pour les bagages !? Dans cette partie du monde où la plupart des drogues sont produites et ils ne vérifient pas le bus ou vos bagages, je me suis senti perplexe. Mais que feriez-vous ? Nous avons donc continué. Notre seule arme était notre passeport lorsque nous marchions ensemble sur le stand de sortie. Ça devait être un spectacle drôle pour les Vietnamiens. Devant, deux Italiens accompagnés par un Allemand et une Belge. A côté d’eux un gars indien, et derrière trois filles du Canada.

Comme nous sommes arrivés, il était déjà plein et nous avons dû pousser pour arriver au comptoir. Mais lorsque j’ai donné mon passeport à l’intérieur de la cabine, l’officier ne m’a pas remarqué et a continué son estampillage. À un moment, j’ai mis le passeport directement sous ses yeux. Il a jeté un coup d’œil et a secoué la tête. Un son clair fut émis de sa bouche: “Money”. Un pot de vin ou ce que les Chinois appellent “l’argent du thé».  Je me suis dit: “J’aimais bien boire un thé avec lui, mais ni lui ni moi n’avons le temps. Il doit travailler et quant à moi, il y a le bus qui m’attend. “

dsc_1285.jpg

Donc, je dis aux autres qu’ils veulent de l’argent. Personne n’était heureux à ce sujet et la discussion a commencé. Je savais que je ne devais pas payer mais il me laisserait attendre et avec moi l’ensemble du bus; alors nous avons payé un dollar chacun et nous sommes partis. Mais pas nous tous, ma compagne belge Cath n’a pas payé, mais a quand même obtenu son tampon de sortie. Ainsi, nous avons marché dans le “no man’s land” entre le Vietnam et le Laos jusqu’à notre arrivée au poste frontière laotien.

Au loin, nous avons vu un petit poste frontière juste avant un pont. Des tuiles espiègles et des serpents d’or donnaient au bâtiment une ambiance exotique. A l’intérieur c’était petit, joli, beau style… et infesté de moustiques. Nous avions déjà un visa pour le Laos et nous pensions que nous allions passer rapidement; je me trompais. Remplir ce formulaire ici, donner le passeport là, payer à nouveau les frais de tampon. Comme je le regardais à travers la fenêtre, je voyais notre bus traverser le poste et le conducteur distribuant 10 fois l’argent du thé à la garde. Aucune question ne fut posée.

Le reste de notre groupe n’avait pas de visa et en a fait faire un à la frontière, ce qui est plus rapide et moins cher que de le faire à l’avance. Donc tout le monde était dans le bus et nous attendait. Incroyable, pourquoi l’ai-je fait avant… ça n’a pas de sens, mais comme toujours nous avons continué. Alors que nous avions quitté le bâtiment un autre mec est arrivé et a vérifié à nouveau les passeports, avec un sourire, il a déclaré: “Bienvenue au Lao.”

Nous nous sommes dépêchés de rejoindre le bus et les Italiens ont demandé ce qui nous a pris si longtemps, nous leur avons raconté en fumant une cigarette et nous avons bien ri de la situation. Le moteur a soudain démarré, nous avons sauté dans le bus et le trajet a continué. Je suis retombé dans une sorte de sommeil, je pense que ça a beaucoup à voir avec le chip chip de ces poulets.

dsc_1284.jpg

Suite à un cri, je me suis réveillé juste pour entendre l’Italien qui jurait. J’ai jeté un coup d’œil, juste pour voir que le bus était infesté de fourmis. Elles ont, lentement mais régulièrement, travaillé sur la nourriture des Italiens. Je me suis dit que c’était mieux que les punaises de lit, les poux ou les cafards. Je jetais un coup d’œil par la fenêtre. Le bus a grincé lors d’un arrêt et nous sommes allés dans un petit village pour déjeûner un peu plus loin. Les Laotiens se ruent vers les tables, mais le “monde occidental” n’en peu plus. Près de 20 heures dans le bus et il se traîne, nous avons donc pris une cigarette et planifié notre arrivée à Vientiane. Les Italiens, le gars indien et nous nous sommes mis ensemble pour obtenir un Tuk Tuk pas cher dans la ville. Qu’est-ce qui peut mal se passer avec une telle équipe multi-ethnique ! Après 30 minutes, le bus a commencé à rouler à nouveau. Quelques contes arabes plus tard, nous sommes arrivés à 15 heures à Vientiane, la perle de la jungle magnifique. Tout le monde était heureux que nous soyons parvenus jusque là. Les filles canadiennes ont pris un Tuk-Tuk pour 3 dollars par personne. Nous avons remballé un peu nos affaires et avons trouvé un gars pour 2 dollars par personne. Nous sommes donc allés avec lui à son Tuk Tuk dans lequel vous êtes assis à l’arrière comme sur un camion. Un autre gars attend là, il est de Grande-Bretagne. Le chauffeur nous a dit que nous devrions attendre, il fait trop chaud, il se prend lui-même une boisson au préalable. Nous avons attendu ce gars assis à 10 mètres dans un bar et buvant une softdrink froide. Nous étions à l’écart comme des esclaves sous le soleil dans le Tuk Tuk. Alors que nous avions décidé de prendre un autre Tuk Tuk, il est revenu et a commencé à conduire. Mais pas pour longtemps, il nous a conduits à un autre Tuk Tuk avec 4 gars vietnamiens avec du matériel de nettoyage. Tout ce que vous pouvez imaginer comme un aspirateur industriel, des produits chimiques dans des grands tubes et des boîtes. Après tout, un tour de 20 minutes a pris 90 minutes parce que nous avons d’abord déposé les gars de nettoyage à leur destination et déchargé ensemble le tout. Après cela, nous sommes arrivés à notre hostel et avons dégusté une bière.

En rétrospective, je dis que le bus cauchemardesque est un fiasco, au moins pour nous.